Fille du Peuple...

" Les hommes font l'histoire, mais ne savent pas l'histoire qu'ils font. " Karl Marx

vendredi 30 novembre 2012




L’Assemblée Générale des Nations Unies approuve l'admission de la Palestine en tant qu'Etat non membre de l'Organisation :
le MRAP salue cette première victoire de la justice et du droit

 Ce 29 novembre 2012, l'Assemblée Ggénérale des Nations Unies, réunie à New-York, a approuvé , à une très grande majorité,  ( 138 voix pour, 9 voix contre,  41 abstentions,) la résolution déposée par le Président palestinien Mahmoud Abbas demandant que la Palestine obtienne le statut d'Etat non membre au sein des Nations-Unies.

Le MRAP se réjouit que la France ait voté en faveur de cette résolution.
Ainsi, 65 ans après l'adoption du Plan de partage de la Palestine par l'Assemblée Ggénérale des Nations-Unies, le 29 novembre 1947, l'admission de la Palestine comme État non membre à l'ONU constitue, enfin, un premier pas vers l'édification d'un Etat palestinien souverain, internationalement reconnu.

 Le MRAP qui, depuis 1967, proclame «une terre, deux peuples, deux Etats » salue cette première victoire de la justice et du droit. Ce vote réaffirme le droit légitime du peuple palestinien à l'autodétermination et à un Etat indépendant dans les frontières d'avant 1967. Nous savons qu'il ne peut y avoir de paix sans respect du droit. Or, désormais, nous sommes face 2 deux Etats reconnus, dont l'un occupe une partie croissantele du territoire de l'autre. La «communauté internationale» va-t-elle, dans ces conditions, continuer à refuser de prendre ses responsabilités ?

 Le chemin vers l'existence d'un État palestinien indépendant et souverain dans les frontières de 1967 avec Jérusalem Est comme capitale, c'est à dire le chemin vers la paix, sera encore long.

 Ce 29 novembre est un signe d'espoir pour la poursuite inlassable de notre combat. D'autres étapes restent nécessaires. Le gouvernement français et l'Union Européenne doivent imposer la fin de la colonisation, suspendre la coopération militaire avec Israël, exiger la fin du blocus de Gaza, et la libération des prisonniers palestiniens.

 Oui, les négociations doivent reprendre mais il faudra d'abord qu'Israël mette un terme immédiat à sa politique de colonisation, faute de quoi toute tentative de négociation serait vouée à l'échec.

 Fidèle à ses engagements, le MRAP solidaire du peuple palestinien et  des militants anticoloniaux israéliens, poursuivra, aux cotés de ses partenaires, son combat déterminé pour le droit, la justice et la paix.

Paris le 29 novembre 2012