Fille du Peuple...

" Les hommes font l'histoire, mais ne savent pas l'histoire qu'ils font. " Karl Marx

vendredi 3 janvier 2014

Gordon Parks (1912-2006)

Premier photographe noir à rejoindre la prestigieuse FSA (Farm Security Administration, 1942), premier journaliste à réaliser un reportage sur un gang d’Harlem (1948), premier photoreporter noir à intégrer le staff permanent du magazine Life, premier réalisateur afro-américain à s’imposer à Hollywood (Shaft, 1971), la dimension pionnière de l’oeuvre de Parks est véritablement exemplaire.

Également passionné de littérature, de musique (il joue du piano et compose) et de cinéma, Gordon Parks est un personnage flamboyant, radicalement engagé dans la lutte contre le racisme et la discrimination, qui utilise (selon ses propres termes) son appareil ou sa caméra comme une arme contre les préjugés et les injustices qui déshonorent et défigurent son pays. Dans une adresse restée célèbre, il interpelle puissamment l’Amérique : « Ce que je veux, ce que je suis, ce que vous m’obligez à être, c’est ce que vous êtes. Car je suis vous, et je vous dévisage dans le miroir de la misère et du désespoir, de la révolte et de la liberté. Regardez-moi et comprenez que me détruire, c’est vous détruire vous-même. Il y a en chacun de nous quelque chose de plus profond que notre sang ou notre couleur de peau : notre aspiration commune à une vie meilleure, à un monde meilleur. Regardez-moi. Écoutez-moi. Tentez de comprendre mon combat contre votre racisme. Il n’est pas trop tard pour que nous vivions ensemble en paix sous ces cieux agités. » (Gordon Parks, « The Cycle of Despair », Life, 8 mars 1968)